Rencontre avec Acha Leke, auteur d’un nouveau guide pour réussir dans les affaires en Afrique

Meet Acha Leke, author of a new guide to succeeding in business in Africa

22 Nov 2018 | ÉCONOMIE | 0 commentaires

Rencontrez  Acha Leke, associé principal, président du bureau Afrique de McKinsey et co-auteur d’ Africa’s Business Revolution: How to Succeed in the World’s Next Big Growth Market (La révolution des affaires en Afrique : comment réussir sur le prochain marché mondial à grande croissance)

Avec plus de 400 entreprises réalisant un chiffre d’affaires de 1,0 milliard de dollars, des dépenses de consommation de 1 400 milliards de dollars et un âge moyen de 19 ans, l’Afrique offre de grandes opportunités commerciales. Alors, comment pouvez-vous le faire? Nous avons rencontré Acha Leke, associé principal et président du bureau Afrique de McKinsey, et co-auteur de Africa’s Business Revolution: How to Succeed in the World’s Next Big Growth Market (Harvard Business School Press, novembre 2018), pour découvrir ce qu’il faut pour faire des affaires avec succès en Afrique.

Peux-tu nous dire où tu as grandi ?

Je suis né au Cameroun. Ma famille est partie quand j’avais environ six mois pour Montréal et est retournée dans la capitale du Cameroun, Yaoundé, quand j’avais environ dix ans. J’ai fait mes études secondaires en Belgique, ainsi que des études collégiales et supérieures aux États-Unis. C’est pendant mes études supérieures à Stanford que j’ai décidé de faire un stage d’été chez McKinsey à Johannesburg. À la fin de mon doctorat, j’ai rejoint le cabinet à temps plein au bureau d’Atlanta, puis j’ai été transféré à Johannesburg 2,5 ans plus tard.

Que diriez-vous de votre éducation qui a façonné votre vision actuelle ?

Lorsque mes parents ont terminé leurs études supérieures au Canada—mon père est gynécologue et ma mère est immunologiste—ils ont pris le prochain avion pour rentrer chez eux pour mettre leurs nouvelles compétences à profit pour leur pays, le Cameroun. J’ai terminé mes études supérieures dans les années 90, et c’était une période si tumultueuse en Afrique que personne n’y retournait. Les gens disaient : « Nous ne reviendrons que lorsque les choses changeront. » Mais j’ai senti que ceux d’entre nous qui ont eu la chance d’avoir reçu une éducation à l’étranger avaient la responsabilité, et même l’obligation, de rentrer chez eux et de créer le changement que nous voulions tellement.

Lorsque vous avez commencé chez McKinsey, il n’y avait qu’un seul bureau en Afrique. Comment s’est passé l’expansion de l’entreprise à travers le continent ?

Lorsque j’ai déménagé sur le continent, le cabinet comptait 50 personnes basées à Jo’burg. J’étais enthousiasmé par le travail que nous faisions en Afrique du Sud, mais le reste du continent avait également besoin de beaucoup d’aide, et il y avait de nombreuses façons dont nous pouvions contribuer en tant qu’entreprise. J’étais responsable de l’engagement à l’époque et j’ai partagé mon aspiration à contribuer à étendre notre présence à travers le continent avec les six partenaires du bureau. Trois ont dit : « Passez votre temps à autre chose et vous serez élu partenaire. » Les trois autres ont dit : « Si c’est ce que vous voulez faire, nous vous aiderons. » J’ai donc décidé de suivre ma passion.

Vous avez travaillé sur de grands projets. Lequel préférez-vous?

Un projet en Ouganda se démarque. L’Ouganda avait la prévalence du VIH/SIDA la plus élevée au monde au début des années 2000. Les médicaments antirétroviraux (ARV) venaient juste d’arriver sur le marché, mais ils coûtaient 700 $ par personne et par mois, alors que la personne moyenne en Ouganda gagnait 300 $ par an. Les sociétés pharmaceutiques subissaient de fortes pressions pour réduire ces prix, en particulier dans les économies émergentes, mais elles craignaient que ces médicaments ne finissent par être introduits en contrebande sur leurs principaux marchés.

Nous sommes allés à Kampala pour travailler sur la façon de sécuriser les canaux de distribution – et cela a évolué vers la façon de renforcer le système de santé du pays. À l’époque, ils n’avaient pas la capacité suffisante pour gérer une énorme augmentation du nombre de personnes recevant ces médicaments, et nous les avons aidés à comprendre comment le faire. Nous avons présenté notre travail à un groupe de PDG de produits pharmaceutiques avec l’OMS [l’Organisation mondiale de la santé] et l’ONUSIDA [le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida], et quelques mois plus tard, ils ont baissé les prix de ces médicaments de 90 %.

Je n’oublierai jamais ce travail. Lorsque nous avons commencé, il y avait moins de 10 000 personnes sous ARV. À la fin de l’année, une fois que nous avons terminé, ils étaient jusqu’à 70 000 personnes.

Qu’est-ce qui vous a inspiré pour écrire ce livre ?

Nous avons écrit beaucoup de rapports sur l’Afrique et les gens nous ont encouragés à écrire un livre. Un collègue nous a suggéré de tenter le coup : « Ecrivons une note conceptuelle et envoyons-la aux éditeurs et voyons s’ils sont intéressés. » Il s’est avéré qu’ils l’étaient. Dans ce livre, nous nous appuyons sur nos recherches et sur plus de 3 000 projets que nous avons réalisés en Afrique. La plupart de nos rapports précédents se sont concentrés sur le quoi : où est l’opportunité ? Quels secteurs ? Quels pays ? Mais ce livre se concentre sur le comment : Comment construire une entreprise rentable et durable sur le continent ?

Comment vous êtes-vous rencontrés avec vos coauteurs ?

Nous nous efforçons de fournir aux personnes handicapées un accès égal à notre site Web. Si vous souhaitez des informations sur ce contenu, nous serons heureux de travailler avec vous. Veuillez nous envoyer un courriel à : McKinsey_Website_Accessibility@mckinsey.com

Mutsa Chironga (left), a former McKinsey partner, is now an executive of Nedbank and Georges Desvaux (right), senior partner

Mutsa [Chironga] (à gauche), ancien associé de McKinsey, est désormais cadre chez Nedbank et Georges Desvaux (à droite), associé principal

Mutsa [Chironga] a écrit beaucoup de rapports du MGI [McKinsey Global Institute] avec moi. Georges [Desvaux] dirigeait alors l’entreprise en Afrique. Il avait également passé 7 ans au Japon et 7 ans en Chine, il avait donc une reconnaissance de formes unique à travers les zones géographiques.

Pourquoi pensez-vous qu’il y avait une telle demande pour ce livre?

Les éditeurs nous ont dit qu’ils cherchaient un vrai guide sur les affaires en Afrique. Beaucoup de nos rapports précédents se sont concentrés sur la justification des raisons pour lesquelles les gens devraient prendre l’Afrique au sérieux. Notre rapport de 2010 « Lions en mouvement : les progrès et le potentiel des économies africaines » l’a fait, et il a en fait remporté un prix lors des réunions de printemps de la Banque mondiale/FMI [Fonds monétaire international] en tant qu’initiative qui a le mieux promu l’Afrique en tant que destination d’investissement. cette année.

Notre prochaine série de rapports était une fois de plus axée sur l’identification et l’évaluation des opportunités commerciales dans tous les pays et secteurs. Il était temps de passer à l’étape suivante : si vous êtes en affaires, que devez-vous faire pour réussir sur le continent ? Maintenant que le monde a pour la plupart acheté l’opportunité de l’Afrique, la grande question est de savoir comment la saisir. C’est de cela que parle le livre.

Avez-vous été surpris par quelque chose dans vos recherches?

Nous avons interviewé 40 dirigeants d’entreprise et de développement, sur la base des recherches exclusives de MGI, et avons étudié plus de 20 entreprises prospères en Afrique, des multinationales aux start-ups, etc. Le plus grand thème que nous avons trouvé était que les entreprises qui réussissent en Afrique étaient les entreprises qui répondent à un besoin sociétal fondamental. Des entreprises qui viennent non seulement parce qu’elles veulent gagner de l’argent, mais aussi parce qu’elles veulent vraiment aider à résoudre un problème réel, qu’il s’agisse d’accéder à une électricité abordable ou de mettre des services financiers à la disposition d’un segment plus large de la population. Cet état d’esprit, cette philosophie, est d’une importance cruciale.

Est-ce un changement de mentalité difficile pour les gens ?

Je pense que vous l’avez ou vous ne l’avez pas. Il était évident que les entreprises et les personnes que nous avons interrogées sont venues pour essayer d’aider à résoudre un problème clé sur le continent. Ils voient les problèmes comme des opportunités. Et à partir de là, ils sont capables de créer des entreprises durables et rentables. Les entreprises en Afrique ont en fait tendance à croître plus rapidement et sont plus rentables que leurs pairs dans le monde, car une fois que vous avez le bon modèle d’entreprise, il est en fait plus difficile pour les gens de venir et d’essayer de le reproduire.

Selon vous, quel sera le plus grand défi pour les entreprises en Afrique au cours de la prochaine décennie ?

Le problème avec l’Afrique, c’est que peu importe où vous regardez, il y a des défis dus à son manque d’infrastructures et des défis dans l’environnement des affaires, en raison de la petite taille de nombreux marchés et de la concentration dans certains secteurs. D’un autre côté, si vous le regardez à travers une lentille d’opportunité, vous voyez qu’il a la population la plus jeune au monde – l’âge médian est de 19 ans – il croît rapidement, il s’urbanise rapidement et la technologie transforme tout. Dans ce contexte, les entreprises gagnantes devront s’inscrire dans une perspective à long terme. Le plus grand défi, à mon avis, est donc pour les entreprises de comprendre cela, d’être prêtes à surmonter les volatilités à court terme – et il y en aura beaucoup – tout en gardant un œil sur le prix global.

A propos d’ACHA LEKE

Acha est Associé principal du bureau Afrique de McKinsey à Johannesburg, président de la région Afrique de McKinsey et membre du Conseil des actionnaires de McKinsey, le conseil de gouvernance mondiale. Il a commencé sa carrière chez McKinsey en tant qu’associé d’été en Afrique du Sud en 1998. Il a rejoint le cabinet à Atlanta en 1999 et a été transféré à Johannesburg en 2002 pour aider à développer les activités du cabinet en Afrique subsaharienne.

Acha a déménagé à Lagos en 2010 pour ouvrir le nouveau bureau de la société au Nigeria et est retourné en Afrique du Sud en 2014. Il dirige la pratique Private Equity & Principal Investors Practice de la société en Afrique et est membre du McKinsey Global Institute (MGI) Council. Jusqu’en décembre 2018, il a dirigé la pratique du secteur public et social en Afrique et était également l’associé principal en charge du recrutement mondial pour McKinsey dans le monde entier.

Acha sert les gouvernements, les multinationales et les institutions du secteur privé à travers l’Afrique sur des questions de développement économique, d’administration fiscale, de stratégies de croissance, de transformations holistiques et de décisions d’investissement. Il a travaillé dans plus de 20 pays africains à ce jour.

Avant de rejoindre McKinsey, Acha a travaillé comme consultant à temps partiel sur de nouvelles techniques pour linéariser les amplificateurs haute puissance pour les applications sans fil, tout en complétant un doctorat en génie électrique à l’Université de Stanford. Il a également obtenu une maîtrise en génie électrique et une maîtrise en génie industriel et en gestion de l’ingénierie de l’Université de Stanford, ainsi qu’un baccalauréat en génie électrique summa cum laude, avec une mineure en économie, du Georgia Institute of Technology, où il a obtenu son diplôme de le premier major noir de l’histoire de l’école et a été élu à Tau Beta Pi et Eta Kappa Nu.

Acha est cofondatrice et membre du Conseil consultatif mondial de l’African Leadership Academy, un internat mixte qui vise à développer la prochaine génération de dirigeants africains. Il est également co-fondateur de l’African Leadership Network, un réseau de la génération actuelle de dirigeants africains qui aspirent à apporter la prospérité au continent.

Il est un ancien élève du Forum économique mondial (WEF) Young Global Leader (2008) et a reçu de nombreuses distinctions, notamment celle du jeune professionnel de l’investissement en Afrique de l’année (Africa Investor, 2008); du Top 40 des hommes de moins de 40 ans en Afrique du Sud (Destiny Man, 2010) ; du Top 10 des hommes de pouvoir les plus jeunes d’Afrique (Forbes, 2011) ; des 50 Africains les plus influents (Africa Report, 2012, 2019 ; Jeune Afrique, 2018) ; des 100 Africains les plus influents (New African, 2012, 2014, 2015, 2016 ; Jeune Afrique, 2019) ; du Top 20 des Africains francophones de la prochaine génération (Forbes, 2013) ; du Top 40 de moins de 40 ans au Nigeria (Business Day, 2013) ; et du Top 20 Rising Stars in Africa (Euromoney, 2014).

Acha a siégé au Global Future Council du WEF sur la croissance économique et l’inclusion sociale pendant deux ans, après avoir siégé pendant huit ans au Global Agenda Council for Africa ; il a également siégé au Conseil consultatif de politique africaine de ONE.

Il est membre du conseil consultatif de Lagos Business School et du comité directeur de la réforme de l’Union africaine (UA) du président Kagame. Il est co-auteur de la série de rapports très acclamée de McKinsey, Lions on the Move et du dernier livre Africa’s Business Revolution: How to Succeed in the World’s Next Big Growth Market. Il est régulièrement interviewé dans divers médias, notamment CNN, CNBC, Bloomberg, Economist, FT, Wall Street Journal, Jeune Afrique, Harvard Business Review et autres.

Acha LEKE est camerounais et parle couramment l’anglais et le français.

Source: McKinsey.com

Naviguez sur le site web CamerExcellence par Tags : Acha Leke

Ils font la fierté du Cameroun

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code