Le Camerounais Lazare Eloundou Assomo est le premier Africain nommé à la tête du Centre du patrimoine mondial de l’Unesco

Lazare Eloundou Assomo, premier Africain à la tête du patrimoine mondial de l’Unesco

13 Déc 2021 | ARTS, POLITIQUE | 0 commentaires

(CamerExcellence) – C’est une bonne nouvelle pour le Cameroun. La directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, a nommé le Camerounais Lazare Eloundou Assomo au poste de directeur du Centre du Patrimoine mondial de l’Unesco ce 06 décembre 2021. C’est  la première fois qu’un Africain est désigné à la tête de cette structure de l’Unesco. Lazare Eloundou Assomo, 53 ans, dirigeait jusqu’alors le secteur « Culture et situations d’urgence » de l’Unesco.

Le Président Camerounais, Paul Biya, n’a pas manqué de le féliciter pour cette nomination. 

1 154 sites sont actuellement inscrits sur la liste du patrimoine mondial. Pour Lazare Eloundou Assomo, nouveau directeur du Centre du patrimoine mondial, il reste encore beaucoup à faire : « Beaucoup de régions dans le monde ne sont pas suffisamment représentées, notamment l’Afrique et les petits États Insulaires. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas de Tour Eiffel que les sites ne sont pas importants ou n’ont pas de valeur universelle exceptionnelle. Nous allons lancer un dialogue avec tous les États pour corriger ce déséquilibre », confie-t-il à RFI.

Une carrière exemplaire

Lazare Eloundou Assomo a quitté le Cameroun à 17 ans pour suivre des études d’architecte et d’urbaniste en France, selon RFI. Il débute sa carrière en tant que chercheur associé au Centre international de la construction en terre de l’école d’Architecture de Grenoble en 1996. Ses premiers pas professionnels le portent en Afrique du Sud où il réalise des logements dans des townships.

Son travail est salué par Nelson Mandela, qui se déplace sur le chantier où il travaille. « Une belle surprise, se souvient-il au micro de RFI, et un moment qu’on oublie pas dans une vie. Il m’a invité à boire un thé car la façon que nous avions de travailler avec les communautés afin de répondre à leurs besoins correspondait à  sa façon de faire. »

Diplômé en architecture (Ecole d’architecture de Grenoble) et en urbanisme (DEA Grenoble 1), Lazare Eloundou Assomo débute sa carrière en tant que chercheur associé au Centre international de la construction en terre de l’école d’architecture de Grenoble, en 1996. Il est alors chargé de mettre en œuvre des projets d’habitat en Afrique, puis en charge de la coordination pédagogique du programme de conservation Africa 2009 mis en place par le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO et l’ICCROM.

Il rejoint l’UNESCO en 2003 au sein de l’Unité Afrique du Centre du patrimoine mondial, où il contribue à la création du Fonds pour le patrimoine mondial africain et au développement du Programme du patrimoine mondial pour l’architecture de terre (WHEAP).

De 2008 à 2013, il est Chef de l’Unité Afrique du Centre du patrimoine mondial. Il coordonne pendant cette période plusieurs projets de restauration au Mozambique (forteresse du site du patrimoine mondial d’Ilha), en Ouganda et au Mali, ainsi que des initiatives de développement des capacités dans cette région. On lui doit l’ouvrage Patrimoine mondial africain : une diversité remarquable, co-écrit avec Ishanlosen Odiaua et publié en 2012 par l’UNESCO.

En 2013, il rejoint le bureau de l’UNESCO à Bamako, dont il prend la direction en 2014. Il devient alors le chef de file de l’UNESCO au Mali. Tandis que le pays est frappé par un violent conflit armé, il est en charge de la protection du patrimoine culturel malien. Il conduit avec succès la reconstruction des mausolées de Tombouctou et la sauvegarde des manuscrits anciens.

Il intègre le siège de l’UNESCO à Paris en 2016, d’abord comme Directeur adjoint de la Division du patrimoine et du Centre du patrimoine mondial. En 2018, il devient Directeur « Culture et situations d’urgence » : il coordonne à ce titre les réponses aux urgences du patrimoine affecté par les conflits et les désastres et la restitution des biens culturels au titre de la Convention de 1970.

En 2022, la Convention du patrimoine mondial de l’Unesco signée par 193 États fêtera ses 50 ans. Il promet déjà une belle reflexion sur les mécanismes de protection du patrimoine mondial.

« Les 50 ans de la Convention du patrimoine mondial, qui seront célébrés en novembre 2022, seront l’occasion d’une grande rétrospective mais aussi d’une réflexion collective sur les meilleures façons de faire prospérer notre démarche pour les cinquante ans à venir. Nous avons notamment deux défis à relever : d’une part rendre la liste du patrimoine mondial toujours plus représentative de la diversité culturelle et géographique mondiale ; d’autre part renforcer la protection des sites inscrits face aux nouveaux défis de notre siècle, liés au développement, aux conflits et au dérèglement climatique. »

—Lazare Eloundou Assomo, nouveau directeur du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO

Par CamerExcellence

Crédit photo : © UNESCO/Christelle Alix

Naviguez sur le site web CamerExcellence par Tags : Lazare Eloundou Assomo | Unesco

Ils font la fierté du Cameroun

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code